- LA CULTURE DE L'OLIVIER AU MAROC

Recent-Post

LA CULTURE DE L'OLIVIER AU MAROC




Importance et aire de culture
Principale espèce fruitière cultivée au Maroc, L'Olivier occupe une surface de 560.000 ha dont
220.000 ha en zone irriguée (Haouz, Tadla, Souss-Massa, Moulouya, Nador, Boulemane, Oujda,
 El Kelaâ, Marrakech, Chichaoua, Bénimellal Ouarzazate, Tafilalet. Figuig, Essaouira), 200.000 ha
 en zone de montagne (Chefchaouen, Taounate, Taza, Tanger, Tétouan, Azilal, Khénifra, Al Hoceima), 100.000 ha en zone bour favorable (Sefrou, El Hajeb, Fès, Meknès, Sidi Kacem, Gharb, Loukkos, Benslimane) et 40.000 ha dispersés entre Safi, Settat, Khémisset et Khouribga. L'Olivier contribue
à l'emploi en milieu rural avec 11 millions de journées de travail annuellement. La production d'olive
 se situe autour de 560.000 T et permet de générer 50.000 T d'huiles d'olives et 90.000 T d'olives
de table industrielles.


 

Les variétés
L'Oléiculture marocaine est constituée à 96% de la variété population "Picholine marocaine",
 variété à double fin, huile et conserve, d'une richesse normale en huile, mais sensible à la maladie 
de l'Œil de paon. Le reste du patrimoine est constitué de Meslala, olive de conserve, 
de Picholine du Languedoc, Dehbia, concentrées essentiellement en irrigué 
(Haouz, Tadla, El Kelaâ), Ascolana dura, Manzanille, Frantoïo, Picual Gordale Sévillane 
etc ... Deux clones de Picholine marocaine sont en cours de diffusion.



Cycle végétatif et productif de l'olivier.
Au cours de son cycle annuel de développement, l'olivier passe par les phases suivantes: 
(1) Janvier, février: induction, initiation et différenciation florale; (2) courant mars: 
croissance et développement des inflorescences à raisselle des feuilles que portent les 
rameaux de rannée précédente; (3) Avril: pleine floraison; (4) Fin Avril-début mai: fécondation
 et nouaison des fruits; (5) Juin: début de développement et grossissement des fruits; (6) 
Septembre: véraison; (7) Octobre: maturation du fruit et son enrichlssement en huile et 
(8) Mi-Novembre en janvier: récolte des fruits. La période la plus intense du cycle annuel
 se déroule de mars à juin. Au cours de cette phase, les besoins en eau et en nutriments  de 
l'arbre sont les plus intenses. La durée de vie de r olivier s'étale sur plusieurs dizaines
 d'années à des siècles. Les rendements sont variables en fonction de l'âge des arbres, 
des densités de plantation et des soins culturaux. Pour des vergers de 400 arbres/ha 
conduits en irrigué, les rendements sont de 3 T/ha à 4-5 ans et de 15 T/ha à 8-9 ans.

 




 
Les techniques culturales.
Multiplication, plantation et entretien de la culture.
L'olivier se multiplie selon deux types de 1 procédés:
(1) les méthodes traditionnelles. (bouturage ligneux, division de souchets, ' greffage sur
 oléastre), et (2) les méthodes intensives (semis de noyau suivi de greffage, bouturage 
semi-ligneux avec traitement hormonal des boutures, leur élevage en serre équipée de
 nébulisation et leur endurcissement en serre d'adaptation). C'est ce dernier procédé 
qui tend à se développer dans les pépinières modernes. La plantation doit être précédée
 d'une étude de faisabilité incluant les contraintes climatiques, agro-pédologiques et 
l'analyse des tendances du marché. Les travaux préparatoires à la plantation, comprennent
 la plantation des brise-vent (cyprès, Casuarina, Olivier Dahbia), un soussalage croisé 
à une profondeur de 60-80 cm, répierrage, un labour moyen (30-40 cm) et 
un cover-cropage. En culture moderne, les densités de plantation sont de 6x4 m, 
soit 416 arbres/ha La fumure de fond se compose respectivement de 5 kg de fumier, 
de 100 g de superphosphate et 100 g de sulfate de potasse par pied. Ces apports sont 
enfouis par un labour à 30-40 cm de profondeur. L'azote sera apporté en fin d'hiver 
(février) à raison de 2 quintaux/ha de sulfate d'ammoniaque à 21% N et de 2 quintaux/ha
 ammonitrate à 33% N en avril. Le désherbage et l'irrigation seront réalisés dès la première
 année. La taille de formation commencera la 2éme ou 3ème année après plantation.
 L'état sanitaire doit aussi être contrôlé. 

Entretien du sol et fertilisation.
Au cours de la phase d'installation de l'oliveraie, le sol devra être maintenu propre par le
 passage de scarificateur. Dès la 3ème_4ème année, on pourra désherber chimiquement 
les rangs et continuer à traiter les inter-rangs mécaniquement. On utilise généralement
 la Simazine (1 à 2 kg de ma/ha) associée au gramoxone (Diquatjparaquat) à 1 à 2 l/ha. 
Ces désherbants agissent sur les adventices annuelles. Les plantes à rhizomes (Chiendent) 
sont traitées avec du Glyphosate à 0,5 à ll/ha de produit commerciaL Eviter de toucher 
les feuilles d'olivier avec ces produits. L'analyse des feuilles, des fruits et du bois de taille 
de l'olivier révèle que les exportations en N P K à la récolte sont dans l'équilibre suivant 
1-1,3/0,35-0,9/1,2. Compte tenu des pertes par lessivage, de la mobilisation des réserves
 par l'arbre lui-même, la fumure minérale à préconiser pour une oliveraie (400 arbres/ha)
 conduite sur un sol pauvre en matière organique " à 1%) et d'un pH voisin de 8 se présente
 comme suit:
-jeunes arbres: 20 à 40 kg de fumier, 80 à 100g d'N/arbre et par année d'âge, 
60 à 80 g de P20S/arbre et par année d'âge et 80 à 120 g de K20/arbre et par 
année d'âge.
-arbres adultes en production: 60 à 80 kg de fumier, 600 à 1500 g d'N par arbre
 (5 à 7 kg de sulfate d'ammoniaque), 800 à 1000 g o P2O5 par arbre
 (1,8 à 2,2 kg de super triple 45%) et 1000 à 1500 g K20 par arbre
 (2 à 3kg de sulfate de potasse). 

Irrigation
En dehors des mesures d'évapotranspiration et en l'absence d'appareil de mesure
 ou de contrôle (tensiomètres, bac californien), l'expérience personnelle de l'oléiculteur
 permet seule, par un compromis permanent entre la nature du sol la densité de plantation
 et les variations climatiques, d'apporter les doses nécessaires aux besoins en eau de
l'olivier. Dans certaines zones où les précipi- tations sont de 450 à 650 mm/an, les apports
d'eau en gravitaire sont estimés à 6000 à 8500 m3/ha/an entre Mars et Septembre.
 En irrigation localisée et pour une oliveraie de 400 arbres/ha (olive de table),
 le volume d'eau apporté est de 3200 m3/ha/an (capillaire d'un débit de 4 l/heure
 avec 4 goutteurs/arbre, 8-10 h par irrigation tous d les 3 jours). La durée de
 fonctionnement du système d'irrigation est de 5 à 6 mois/an.

Taille
La taille a pour objectifs d'accroître la production, de limiter l'alternance, de freiner
 le vieillissement, d'éliminer le bois mort et le bois superflu. On distingue la taille 
de forma tion, la taille annuelle d'entretien et de fructification et la taille de régénération.
 La taille de formation s'effectue en deux phases: (1) Lorsque l'arbre atteint 1,5 m
 de hauteur, on veille à la formation d'un monotronc en éliminant les branches basses
 et en conservant la tige centrale et (2) lorsque l'arbre dépasse 1,50 m de hauteur, 
on sélectionne un maximum de 5 branches charpentières en éliminant la tige centrale
 au dessus du départ d'une charpentière. La taille d'entretien et de fructification a pour
 effet d'exposer tout le feuillage à la lumière, de stimuler l'apparition du feuillage jeune 
en éliminant le bois épuisé (la feuille est le lieu de synthèse des éléments carbonés
 et elle a une durée de vie de 3 ans). Par cette taille aussi, le rapport feuilles/bois 
est maintenu le plus élevé possible et l'air doit circuler dans toute la frondaison 
sans rencontrer de zones à feuillage trop dense. La taille de régénération s'applique
 à des arbres qui ont été abandonnés sans taille ni soins depuis une longue période. 
Elle fait apparaître de nouvelles branches et rend la fructification plus accessible 
à la cueillette.




Maladies, ravageurs et protection phytosanitaire
Les ravageurs les plus répandues au Maroc sont :

-Les Mouches de l'olive (Dacus oleae) qui pondent des larves dans la pulpe des 
fruits et entraînent leur dépréciation. Avant de traiter, il faut effectuer des contrôles
 par piégeage dans les gobe-mouche. Le traitement est déclenché dès que la moyenne 
des individus capturés est égale à 1 mouche par piège et par jour. Utiliser le Fenthion
 (Lebaycid) à 0,5L/100 litres de bouillie.

-La Teigne de l'olivier (prays oleae): Cest un papillon dont les larves dévorent 
les organes (, floraux, les amandes des fruits et le parenchyme des feuilles.
 Il peut causer de graves dégâts sur la productivité des arbres (grappes florales 
desséchées, olives à terre, trouées à la hauteur du pédoncule). Le traitement 
doit commencer au début de la floraison (3 à 4% de fleurs ouvertes) et consiste 
en une pulvérisation d'une solution de Bacillus thuringiensis (Bactospeine koppert) 
 50 g/100 l.
-Les autres ravageurs (la cochenille noire de l'olivier (Saissetia oleae), le Psylle 
(EuphyluIra olivina), le Neiroun, l'Hylesine, les Pyrales, le Thrips, l'Otiorrhynque ... etc) 
sont plus facilement contrôlables.
Les maladies de l'olivier sont :

-L'Œil de paon (Cycloconium oleaginum): tâches arrondies sur feuilles adultes pouvant
 entraîner la défoliation de l'arbre.
Lutte: traitement avec une bouillie cuprique en février et novembre.

-La VerticiLiose (Vertidllium dahliae) maladie grave qui affecte les oliveraies 
en irrigation pérenne. Une branche ou une charpentière se dessèche brutalement.
Lutte: réduire les irrigations dans les oliveraies en sols lourds; modérer la fertilisation
azotée; proscrire les cultures maraîchères ou oléagineuses en intercalaire.

- La Fumagine: se développe sur les arbres touffus, non taillés.
Lutte: aérer l'arbre par les tailles, bouillie cuprique.

- La Bactériose: (Tuberculose = Pseudomonas syringae pv savastanoi), maladie bactérienne 
en progression dans les oliveraies du nord du Maroc où l'humidité de l'air et le gaulage 
favorisent sa dissémination. Lutte: contrôle des parcs à bois des pépinières; désinfecter
 les outils de taille; éliminer les ramifications atteintes de galles et les brûler; traiter 
au cuivre les plaies occasionnées par la taille ou la chute de grêle; éviter le gaulage.

Récolte et conservation
La récolte nécessite de disposer des sacs de cueillettes et d'échelles mobiles légères
 pour améliorer la productivité et exécuter une cueillette de qualité. L'utilisation
 de filets plastiques étendus sous les arbres évite de salir les olives. Les peignes
 de récolte améliorent le rendement des cueilleurs et réduisent les lésions sur les
 fruits destinés à la conserve. Suivant le degré de maturité des fruits, ceux-ci sont 
classés en:
olives vertes, tournantes, noires et noires ridées.
Le rendement d'un cueilleur sur des arbres portant en moyenne 40 kg de fruits
 est de 120 kg/jour 3 arbres/jour). Pour 416 arbres/ha, il faut compter
 140 journées ouvrier. Il faut éviter le transport en vrac des olives destinées
 à extraction d'huile (échauffement des fruits, lésions donnant une huile de forte acidité).
 Utiliser des caisses de faible hauteur.


D'après le bulletin mensuel d'information et de liaison du PNTTA - Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural - Royaume du Maroc