- la culture du jujubier

Recent-Post

la culture du jujubier



LE JUJUBIER
(Ziziphus jujuba Mill).
 

I. IMPORTANCE DU JUJUBIER ET SON AIRE DE CULTURE 

Les superficies réservées à la culture du jujubier restent très modestes et n'excèdent pas 10 ha pour un fruit dont les valeurs nutritives sont comparables à celles de la datte, la figue ou la banane. Les plantations sont localisées au Souss Massa (6 ha) et Khémisset (4 ha). La production est encore faible en raison de l'âge des plantations. La superficie productive est de 3 ha et la production de l'ordre de 5 T.

II. LES EXIGENCES AGRO-CLIMATIQUES 

Le jujubier s'adapte à des conditions climatiques très diverses. Il supporte très bien la sécheresse et exige de grandes quantités de chaleur pour fructifier. Il résiste mieux au gel d'hiver, jusqu'à (-15°C), qu'aux gelées printanières à cause de sa floraison tardive (Mai - Juillet). Le jujubier végète dans les zones à faible pluviométrie (moins de 500 mm en régions méditerranéennes et moyen-orientales et moins de 300 mm au sud du Sahara). Il résiste bien au vent, d'où son emploi comme brise-vent en bordure de plantations particulièrement exposées à des vents secs et violents. Tous les types de sols conviennent au jujubier dont le système racinaire puissant explore les sols en profondeur. Il craint cependant les sols lourds et mal drainés. Le jujubier prospère particulièrement bien dans les sols sableux. Il tolère bien le calcaire actif et la salinité. Les besoins en eau du jujubier sont de 500 mm. En cas de disponibilité en eau, il faudrait irriguer plus souvent et copieusement.

III. LE MATERIEL VEGETAL 

Les variétés sont très nombreuses, surtout en Chine où sont identifiées plus de quatre cents. n Afrique du Nord, on cultive surtout quatre variétés chinoises :
* ‘Mushing Hong' à gros fruits longs et à petits noyaux (70 à 80 fruits au kg).
* ‘Sui Men' à fruits elliptiques, longs et à noyau fin et effilé (70 à 80 fruits au kg).
* ‘Lang' à gros fruits et à noyau long et fin (60 à 70 fruits au kg).
* ‘Li' à très gros fruits, très estimé (30 à 40 fruits au kg).
Le porte-greffe le plus utilisé est le franc obtenu par semis. Différents types de multiplication sont utilisé : le semis-greffage avec une greffe à l'anglaise en Février ; le marcottage, qui est très facile à réaliser, le drageonnage et le bouturage.

IV. LES TECHNIQUES CULTURALES 

1- Plantation : 

  La mise en place des jeunes plants se fait en Novembre-Décembre. Les distances de plantation sont de 4 à 10 m en tous sens selon les variétés et l'aridité du climat, soit des densités de 100 à 625 arbres/ha. En culture irriguée, les écartements peuvent être plus rapprochées, à 3 x 3 m ou 3 x 4 m (833 plants/ha). Les plants sont arrosés juste après plantation.

2. Fertilisation : 

Les apports sont de l'ordre de 100g de N, 150 g de P 2 0 5 et 80 g de K 2 0/plant/an. Les engrais sont enfouis en travaillant superficiellement le sol, en évitant de blesser les racines.

3. Irrigation : 

Le jujubier est adapté aux zones à faible pluviométrie (< 500 mm en Afrique méditerranéenne et au Moyen Orient) ; < 300 mm au Sud du Sahara). En cas de disponibilité en eau, on irrigue peu souvent mais copieusement.

4. Taille : 

La forme donné à l'arbre est celle de basse tige ou de buisson. La taille d'entretien consiste à éclaircir, en supprimant le bois mort et les rameaux qui s'entrecroisent. L'arbre est ensuite arrêté en hauteur par écimage.

V. PROTECTION PHYTOSANITAIRE 

  La jujube est très sensible à la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata). Envisager des piégeages et traitement aux insecticides.

VI. RECOLTE ET CONSERVATION 

La première récolte débute 2 ans après plantation des arbres greffés. Elle augmente et se stabilise vers la dixième ou douzième année, se maintient pendant 25 ou 30 ans et décroît ensuite assez rapidement ; les plants dépérissent après 30 ans. Le jujubier est un arbre productif et le rendement varie beaucoup avec les variétés et les soins apportés à la culture. En général, le rendement peut atteindre de 100 à 150 kg/arbre. La récolte est pratiquée quand les fruits sont complètement mûrs (couleur rouge des fruits et facilité de détachement de leur pédoncule). La maturité se situe en Septembre-Octobre. Les fruits frais supportent les manipulations et le transport et se conservent bien. Séchés, ils peuvent être entreposés pendant plusieurs années.


Co-auteurs= Les professeurs de l'IAV Hassan II, Agronomie-département d'horticulture, unité de Rabat,
Ahmed Skiredj
Walali D.M.L.
Hassan El Attir