- les maladies cryptogamiques : l'œil de paon

Recent-Post

les maladies cryptogamiques : l'œil de paon

Le cycloconium ou maladie de l'œil de paon est une maladie fongique qui affecte les oliviers cultivés.
Cette maladie, très répandue , est due à un champignon phytopathogène (parasite) de la famille des Venturiaceae, Spilocaea oleaginea (synonyme : Fusicladium oleagineum qui s'attaque aux feuilles des oliviers dans lesquelles il pénètre par ses conidies. Les feuilles atteintes tombent et la synthèse chlorophyllienne de l'arbre peut être affectée, compromettant la récolte d'olives. La feuille atteinte finit par tomber.

 Biologie

Le champignon se conserve en hiver sous forme de spores (conidies) dans les feuilles tombées au sol ou sur l'arbre.
La dissémination des spores est assurée principalement par la pluie (éclaboussures qui contaminent de nouvelles feuilles) mais aussi par le vent.
En conditions favorables d'humidité et de température (12-15°C), les conidies émettent des zoospores qui produisent un mycélium dans la cuticule des feuilles.
La durée d'incubation varie avec la température. L'optimum est de 12 à 15 jours à 16-20°C. Des températures proches ou supérieures à 25° C n'entraînent pas l'apparition de nouvelles tâches même après une pluie contaminatrice. L'hygrométrie est aussi un facteur favorable au développement de la maladie. L'optimum se situe autour de 80-85% (conditions de printemps et d'automne).
Lors de conditions favorables (1-2 jours de forte humidité relative), le champignon se développe et émet des conidies et des conidiophores.
En conditions limitantes (été chaud et longue période de sécheresse) le champignon reste au niveau des tâches foliaires à l'état latent.
Les périodes favorables à la maladie sont l'automne et l'hiver dans les régions à étés secs et hivers doux et le printemps et le début de l'été dans les régions à hivers plus froids.

Symptômes et dégâts

« L'œil de paon » est une série de cercles concentriques de différentes couleurs allant du noir au vert foncé puis du jaune au marron. Il s'agit en fait de colonies de champignons cryptogames microscopiques.

La maladie commence par toucher les branches basses puis envahit tout l'arbre. Des tâches rondes, le plus souvent annulaires, brun foncé à centre vert avec un bord jaune se forment sur la face supérieure des feuilles. Avec l'évolution de la maladie, le limbe des feuilles tend à jaunir et les feuilles tombent; l'olivier se dénude alors sévèrement jusqu'au remplacement des feuilles.
Les pédoncules peuvent également être attaqués causant la chute des fruits... , les fruits tombent au sol avec le pédoncule. 

 Stratégie de lutte

lutte Prophylaxie :

Aération de l'arbre

Le contact des branches basses avec les herbes qui poussent est à éviter : tondre l'herbe 
. Tailler modérément l'arbre, en aérant le contenu,

Limiter l'irrigation

L'irrigation par aspersion , elle doit être raisonnable

Limiter les apports d'engrais

Les apports d'engrais chimiques doivent être limités aux seuls besoins du verger, d'après les analyses faites.

Lutte chimique :

La lutte consiste à appliquer des traitements fongicides préventifs sur les arbres afin de protéger les organes des nouvelles contaminations propagées par les pluies.

Les  matières actives autorisées pour lutter contre l'oeil de paon sont le cuivre, Dodine ,Propinèbe  et Difénoconazole . Il faut savoir que le renouvellement des traitements dépend du climat ainsi que de l'efficacité du produit. Il est en général nécessaire de renouveler la protection après 20 à 45 mm de pluie selon le produit. Attention pour quelque produit  le nombre d'applications annuelles est limité à cause des risques de résistance du champignon.
Une application de bouillie bordelaise peut également être appliquée en fin d'hiver.
Il n'est pas nécessaire de traiter si le seuil de nuisibilité de la maladie n'est pas dépassé (moins de 10% des feuilles tachées).


référence :https://fr.wikipedia.org/ 
http://www.fredon-corse.com
index phyto 2014