- Principes de la multiplication par semis

Recent-Post

Principes de la multiplication par semis



Reproduction sexuée

A la base de le reproduction sexuée des plantes se trouve la méiose. Division cellulaire qui est le stade essentiel de la formation des cellules reproductrices. au cours de la méiose, le patrimoine génétique des parents est réduit de moitie par le séparation des gènes homologues de chaque couple de chromosomes.

Ainsi, chaque cellule de pollen (mâle) ou chaque ovocyte (femelle) ne contient que la moitié du patrimoine génétique d’un parent . Au terme de ce processus, un œuf mature se forme qui pourra être fécondé, donnant naissance à la graine . la fécondation fait suite à la pollinisation, qui est l’œuvre du vent , de certains animaux ( insectes , oiseaux …) ou de l’homme .

La fécondation se fait presque toujours entre plants de la même espèce , plus rarement entre des plantes appartenant au même genre et presque jamais entre des plantes appartenant à des genres différents .

Par le biais de le fécondation, les gènes des plantes parents contenus dans les gamètes forment une nouvelle combinaison : ce n’est que si le parents sont homozygotes sur un caractère donné que l’on retrouvera à coup sur ce caractère chez les descendants. Sinon, et c’est ce qui se passe dans la majeure partie des cas, si les parents sont hétérozygotes ou génétiquement différents pour un caractère donné, leur descendance pourra manifester ce caractère différemment selon la façon dont les gènes se sont combinés et selon qui le caractère est dominant ou récessif. Les individus provenant de l’union de plantes de la même espèce mais ayant des caractéristiques différents ou ceux provenant d’espèces différentes appartenant au même genre prennent le nom d’hybride. Les hybrides provenant de parents de la même espèce (hybrides inter-spécifiques) sont généralement fertiles , alors que les hybrides provenant d’espèces différentes du même genre sont très souvent stériles.

Par conséquent, la reproduction par graines, qui est la reproduction sexuée par excellence, permet aux parents de transmettre à leur descendance d’infinies variables du génotype.

Sur le plan esthétique, les plantes filles peuvent ressembler plus ou moins à l’un ou à l’autre des parents.

Lorsque, grâce à cette variabilité, les nouvelles plantes présentent des caractéristiques complètement différentes des parents, on obtient une nouvelle variété. De nouvelles variétés peuvent apparaitre dans la nature : elles prennent le nom de cultivar si l’homme qui les créé par hybridation. Par contre, si nous voulions disséminer cette nouvelle variété , nous ne pourrions par recourir à al reproduction sexuée et utiliser les graines ( exception faite des hybrides de première génération provenant de lignées pures ).

Il nous faudrait avoir recours à la multiplication végétative (boutures, greffes , marcottes , …). Ce n’est pas la méiose mais la mitose qui est à l’origine de ce processus. la mitose est le mode usuel de division de la cellule vivante qui assure le maintien du même nombre de chromosomes .
Au cours de la mitose, les chromosomes se reproduisent en se divisant longitudinalement, mais ne se combinant pas. Le patrimoine génétique de la plantes parent avec toutes ses caractéristiques esthétiques et morphologiques se transmet donc en totalité aux cellules filles.