- La culture de Pastèque

La culture de Pastèque



Plante et importance de la culture au Maroc : 
 
  La pastèque ( Citrulus aedulis Pang ) est une plante annuelle, originaire de l'Afrique tropicale, appartenant à la famille des cucurbitacées. La partie consommée est le fruit mûr dont la valeur nutritive est élevée; il est riche en Vitamine B1, B2, A, C, Biotine et en sels minéraux: S, Mg et S. Le fruit est utilisé pour des fins médicinales (reins et nettoyage des voies urinaires). Au Maroc, la pastèque est cultivée dans le Souss Massa, à Marrakech, au Loukkos et au Saïs.

Exigences édapho-climatiques : 

  La culture est très exigente en chaleur et lumière. Certaines variétés sont indifférentes à la longueur du jour, mais les jours longs conviennent toujours à la culture. Les mêmes exigences des cucurbitacées en température, lumière, humidité et sol restent valables pour la pastèque; celle-ci est un peu plus exigente en chaleur que le melon et la courgette.

Variétés, semis, plantation et travail de sol : 

  On distingue deux types : (1) fruits avec graines (Sangria, Fiesta, Calsweet, Royal Sweet F1, Sultan, Sweet Baby, Baby Doll, Tiger Baby, Sugar Baby, Early Canada, Klondike Blue Ribbon, Klondike Strillé...) et (2) type sans graines (triploïde: Nova, Laurel, Fire Cracker, Ultra Cool). Le semis, la plantation, le travail de sol sont identiques à ceux des courges. On peut faire une prégermination des semences avant de semer (imbibition pendant une nuit), mais alors, le semis doit être immédiat le lendemain sur terre bien humidifiée. L'arrangement des plantes est de 2 m x 1 m entre poquets.

Irrigation et soins culturaux : 

  L'irrigation doit être régulière pour obtenir un bon rendement. En bour favorable, la culture est possible sans irrigation ou avec une à deux irrigations d'appoint (mi-croissance et grossissement des fruits). On ne pratique pas de taille ni de pincement à la plante. Deux à trois binages-sarclages sont souvent nécessaires afin d'éliminer les mauvaises herbes.

Fertilisation : 

  Au fond, on apport 40 T/ha de fumier + 60 kg/ha de N + 120 kg/ha de P2O5 + 80 kg/ha de K2O. En couverture, on apporte une seule fois, lors du dernier binage 20 kg/ha de N + 40 kg/ha de P 2 O 5 + 40 kg/ha de K2O.

Lutte phytosanitaire : 

  La lutte est classique contre les pucerons (utiliser le malathion); limaces ( traiter au Pyrellin), vers divers (Decis), araignée (Keltane), mouche du chou (Karaté), oïdium (topaz), mildiou (Anteor).

Récolte : 

Se référer à la culture de melon (rendement moyen: 30-40 T/ha).



Institut Agronomique et vétérinaire Hassan II
Département d'horticulture
Pr Ahmed Skiredj, H. Elattir et A. ElFadl