LE CHERIMOLIER OU ANONIER

LE CHERIMOLIER
OU ANONIER
(Annona cherimola)
   
I. IMPORTANCE ET AIRE DE CULTURE DU CHERIMOLIER 

La culture du Cherimolier est relativement récente au Maroc. Cantonné dans des jardins de villa au départ, les premières plantations n'ont commencé à être installées qu'au milieu des années 80 dans les régions de Rabat/Salé, Gharb et Khémisset. La culture a ensuite gagné d'autres régions notamment Moulouya, Ben Slimane, Tétouan et Souss Massa. La superficie actuelle de l'anonier est de 57 ha et la production est de l'ordre de 180 tonnes pour les plantations de 18 ha actuellement en production.

II. LES EXIGENCES AGRO-CLIMATIQUES 

Bien qu'originaire de l'équateur, le cherimolier n'est pas tout à fait tropical par ses exigences. La qualité des fruits est meilleure quand l'arbre est cultivé sous des climats frais et relativement secs. Des températures comprises entre 21 et 27°C lui conviennent bien. Il craint par contre le gel et à (-3°C) des dégâts sont observés sur les feuilles. Il craint aussi le vent et la chaleur surtout au stade jeune plant, ce qui nécessite son ombrage. Des précipitations minimales et régulières de 125 mm/an lui suffisent. Il résiste bien à la sécheresse et a besoin d'une longue saison sèche pour qu'il développe des fruits de qualité. L'anonier s'adapte à une large gamme de sols pourvu qu'ils soient bien drainés et fertiles. Les terres argilo-sableuses lui conviennent bien. Le pH optimum se situe entre 5,5 à 6,5.

  III. LE MATERIEL VEGETAL 

Les variétés sont nombreuses et sont classées selon l'apparence du fruit : (1) Fruits dont la surface semble marquée d'empreintes digitales. Ces variétés ont des fruits de bonne qualité, à pulpe juteuse, sucrée, contenant peau de graines ; (2) Fruits à surface lisse et à peu très fine ; (3) Fruits tuberculé ou verruqueux ; (4) Fruits mamelonnée ; (5) Fruits rugueux avec de nombreuses protubérances, ayant une pulpe acide et des graines nombreuses. Les variétés dans la région de Rabat/Salé présentent des fruits du type 1. Les plus cultivées sont Rerimaya, Atimoya, Espagnol et Funo. Les porte-greffe utilisés proviennent de la même espèce ou bien de Annona squamosa L. (espèce naine), A. reticulata L. ou A. glabra L. convenant pour les terrains humides.

IV. LES TECHNIQUES CULTURALES

1. La mise en place des plants 

La plantation a lieu dans des trous de 80 cm de côté. Les plants issus de graines ou greffés sur la même espèce nécessitant des écartements de 8 m x 10 m (100 à 156 arbres/ha), alors que ceux greffés sur A. squamosa ou A. reticulata peuvent être plantés à 6 - 7 m (277 à 204 arbres/ha). Une fois installés, les plants sont rabattus et arrosés copieusement.

2. Fertilisation : 

Chaque trou de plantation doit recevoir 1 kg de superphosphate, 1 kg de sulfate de potasse et 10 kg de fumier bien décomposé. En fumure d'entretien, un arbre en production nécessite l'apport de 200 g d'N avant floraison, 200 g d'N après nouaison, 150 g de P 2 0 5 et 100 g de K 2 0.

3. Irrigation : 

L'anonier a besoin d'une longue saison sèche pour que se développe la qualité des fruits, néanmoins, une irrigation modérée environ tous les 15 jours et correspondant à 125 mm/ha/an lui est nécessaire.

4. La taille : 

La taille se limite à l'élimination du bois mort et des gourmands s'ils sont nombreux. Dans la mesure où on veut conserver un port compact et vigoureux et une hauteur moyenne, on peut procéder à une taille de ravalement.

5. Pollinisation : 

Bien qu'hermaphrodites, les fleurs de l'anonier ne sont pas autofécondes à cause de la dichogamie (protogynie). La pollinisation croisée manuelle est donc une nécessité pour l'obtention d'un bon rendement. Moins de 1% de fleurs nouent en autopollinisation, alors qu'on atteint 44% de nouaison et plus par la pollinisation manuelle.

6. Protection phytosanitaire : 

Il n'existe pas de problèmes phytosanitaires majeurs chez le Cherimolier. L'anthracnose (Colletotrichum gloeosporioides) reste la maladie la plus fréquente.

V. RECOLTE ET CONSERVATION 

Le Cherimolier fructifie 4 à 5 ans après la plantation d'arbres issus de semis et après 3 à 4 ans pour les plants greffés. La production augmente jusque vers l'âge de 10 ans (30 fruits/arbre). Le rendement annuel d'un arbre varie de 20 à 30 kg/arbre. A Khémisset, les rendements ont été de 20 T/ha et 12,5 T/ha à Ben Slimane. La maturité des fruits commence en Octobre. La récolte est manuelle ; le fruit étant fragile, sa durée de conservation est limitée à 5 jours. On arrive cependant à prolonger cette conservation jusqu'à 6 semaines à 4,4°C.



Co-auteurs= Les professeurs de l'IAV Hassan II, Agronomie-département d'horticulture, unité de Rabat, Ahmed Skiredj; Walali D.M.L. et Hassan El Attir