- LE COGNASSIER

LE COGNASSIER


LE COGNASSIER
(Cydonia vulgaris)
 
I. IMPORTANCE ET AIRE DE CULTURE DU COGNASSIER 

La surface cultivée en cognassier est estimée à 3000 ha pour une production de 25 000 T. La plus grande zone de production est localisée au Haouz Marrakech suivie par ordre d'importance de Meknès, Khénifra, Midelt, le Gharb, Béni Mellal et Fès.

II. LES EXIGENCES AGRO-CLIMATIQUES 

Le cognassier est une espèce adaptée à une large gamme de climats et de sols. Le cognassier est moins exigeant en froid hivernal que le poirier, mais présente un degré de rusticité équivalent à celui du pêcher. Il supporte des températures froides jusqu'à (-26°C) à l'état dormant.
Le cognassier tolère des sols argileux qui sont généralement considérés comme lourds pour des autres espèces fruitières. En sol calcaire, le cognassier présente une chlorose due au blocage du fer.

III. LE MATERIEL VEGETAL 

Les trois variétés qui sont actuellement les plus dominantes sont Champion, Géant de Vranja et Portugal. Ce sont des fruit-légumes, de maturité tardive, à gros calibre et qui supportent une longue conservation (5 à 6 mois).
Des variétés locales issues de semis, de petits calibres sont plantées essentiellement dans les jardins périurbains et alimentent un circuit commercial très localisé (Lkim de Fès et de Marrakech).
Le porte-greffe le plus utilisé est le cognassier de Provence BA29.
Dans la tradition arabo-musulmane et turc, le cognassier est apprécié en tant que légume de Tajine et peut, à ce titre, faire l'objet d'exportation sur des pays européens où les communautés turques et maghrébines sont importantes.
La Turquie en particulier exporte des coings sur l'Allemagne où le marché est très porteur auprès des expatriés Turcs.
Pour les techniques culturales se référer au pommier.


 
Co-auteurs= Les professeurs de l'IAV Hassan II, Agronomie-département d'horticulture, unité de Rabat,
Ahmed Skiredj
Walali D.M.L.
Hassan El Attir