- Des études concluent que les plantes reconnaissent les insectes qui attaquent

Des études concluent que les plantes reconnaissent les insectes qui attaquent

Les scientifiques étudient et examinent les plantes tournées vers l'extérieur des signes de dommages causés par les maladies et les insectes. Souvent, cela se traduit par des dommages mordu par les insectes qui sont faciles à observer les zones.
Cependant, de nombreuses réactions de la plante importante aux signes d'insectes ne sont pas visibles. Dans l'une des études les plus vastes et les plus récentes sur ce sujet, des scientifiques
Photo gracieuseté d'iStockphoto.
Photo gracieuseté d'iStockphoto.
Université du Missouri, Etats-Unis (MU, pour son sigle en anglais) a étudié la façon dont les gènes de plantes répondent aux insectes que les dommages.
Ils ont constaté que les plantes peuvent reconnaître les attaques de toutes sortes d'insectes comme les chenilles et les pucerons, donnant des réponses différentes à chacune des attaques. L'identification de ces gènes pourrait aider les éleveurs à se concentrer sur les espèces spécifiques d'insectes pour développer des cultures résistantes à ces ravageurs.
Réponse naturelle
"Pas étonnant que les plantes réagissent différemment à sentir que leurs feuilles sont mâchées par une chenille ou un moyen de pucerons», explique Heidi Appel, chercheur scientifique principal, Division des sciences végétales de l'Université de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Ressources naturelle; chercheur à l'Bond Life Sciences Center à l'université et le principal auteur de cet article.
"Qu'est-ce que nous a surpris à détecter comment les différents étaient les réponses des plantes aux attaques de différentes chenilles et les pucerons. Les plantes peuvent distinguer avec précision le type d'insectes attaquent ".
Les résultats ont montré que Arabidopsis, une petite plante à fleurs qui est liée à la famille de la citrouille et de la moutarde, reconnaît et réagit différemment à quatre espèces d'insectes.
Deux espèces de chenilles ont été placés sur les plantes feuilles permettant mâcher. Les chercheurs ont également permis à deux espèces de pucerons attaque feuilles poinçonnage plantes avec des pièces buccales en forme d'aiguille.
Ils ont ensuite examiné les plantes au niveau génétique pour mesurer leurs réponses.
Adapté à diverses menaces
L'équipe a constaté que les plantes réagissent différemment aux deux espèces de chenilles et les pucerons deux, déclenchement des réponses génétiques différents dans les quatre cas.
En outre, les insectes ont causé des changements dans le niveau des signaux qui activent et désactivent des gènes qui aident les plantes à repousser de nouvelles attaques.
«Il ya 28 000 gènes de la plante et de détecter 2778 gènes qui répondent à des attaques, selon le type d'insecte," dit Jack Schultz, directeur du centre MU Bond sciences de la vie et co-auteur de l'étude. "Si seulement quelques gènes sont analysés, une image très limitée de la réalité est obtenu et peut ne pas représenter ce qui se passe vraiment. Activent des gènes de défense sont nécessaires seulement quand il est moins difficile pour les plantes, car ils ne disposent pas de garder tous vos défenses activés tout le temps ".
Distinction attaque
Une étude similaire menée par Erin Rehrig, MU doctorant au moment de la publication, a montré que les attaques de chenilles et de coléoptères soldats ont augmenté le niveau d'hormones végétales qui déclenchent les réactions de défense.
Cependant, les plantes réagissent plus rapidement et avec une plus grande impulsion aux attaques des coléoptères soldats, contrairement à papillons des chenilles forme, prouvant une fois encore que les plantes peuvent distinguer les deux types d'insectes.
"Parmi les gènes qui changent sous l'attaque par les piqûres d'insectes, sont les gènes qui régulent les processus tels que la croissance des racines, la consommation d'eau et d'autres processus écologiques importants que surveiller et de contrôler attentivement les plantes», dit Schultz.
"Les questions sur les conséquences pour les plantes si les insectes continuent alimentation, servira de base pour une étude plus approfondie dans laquelle ceux-ci génétique à un plus profondes interactions de niveau seront explorées."

                                                                                                                          source : hortalizas.com