Des études identifient des gènes de la tolérance à la sécheresse


http://www.agri44.fr/V4/bibliotheque_image/importation/agri85/Actualites/Cultures/20110510_ble_bio_2.jpg

Le centre de recherche en biotechnologie (CEIB) de l'Université autonome de Morelos (UAEM) en Mexique mène des investigations sur la plante  Selaginella lepidophylla, communément connue sous le nom de Rock Fleur, Doradilla ou rose de Jéricho, qui a la particularité de perdre jusqu'à 95 pour cent de son eau quand elle n’est pas disponible et de la récupérer pleinement dans 48 heures une fois la plante est alimentée en eau, un phénomène que les gens appellent la résurrection.
Ramon Suarez Rodriguez, chef du laboratoire de physiologie moléculaire des plantes de la CEIB dit que ce spécimen a été utilisé comme un modèle de recherche pour tenter de transférer l'information génétique, qui provoque sa renaissance, à d'autres plantes de sorte qu'elles peuvent imiter ce phénomène.
Il a ajouté qu'ils recherchaient principalement les gènes qui confèrent la tolérance à la sécheresse et la déshydratation de la plante, et qu’ils ont découvert que le tréhalose, un sucre qui est présent dans un ensemble de plantes et d'animaux, assure la survie de ces espèces dans des conditions météorologiques défavorables et confère cette caractéristique de résistance. "Nous avons identifié les gènes impliqués dans la biosynthèse de ce sucre dans le but de les extraire et de les transférer à d'autres plantes."
Selaginella lepidophylla pousse naturellement entre le sud des États-Unis et le sud du Mexique, cette plante est typique des zones arides, mais peut aussi être trouvée dans des zones humides. La rose de Jéricho est une plante très ancienne qui appartient au groupe de Lycophytas, qui ont des systèmes conducteurs, des rhizophores au lieu des racines, n’ont pas de feuilles et ont une structure de microphyll avec laquelle elles parviennent à faire la photosynthèse.
Les premiers modèles, dans lesquels l’extraction et le transfert des gènes impliqués dans la biosynthèse de tréhalose ont été effectués, étaient Arabidopsis, un modèle utilisé par de nombreux physiologistes des végétaux dans le monde, car ils peuvent être tous les deux modifiés génétiquement avec une méthode relativement facile et qu’ils se développent également aisément.
Les résultats ont été positifs, les chercheurs ont découvert que le transfert de gènes confère efficacement la tolérance à la sécheresse, ainsi que la tolérance aux hautes ou basses températures et des concentrations de sel dans l'eau élevées pour les plantes.
A noter que le laboratoire de physiologie moléculaire des plantes de la CEIB a travaillé sur des plantes d'intérêt agronomique telle que la luzerne, et en collaboration avec l'Université de Chapingo, a généré un maïs transgénique avec des gènes qui codent pour la synthèse du tréhalose, en plus d’un projet international avec des institutions brésiliennes à travers lequel ils ont déjà produit des plants d’haricots.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Source : freshplaza.com