les maladies cryptogamique : fusariose

 La fusariose est une maladie courante des végétaux, et parfois de l'animal, causée par certains champignons décomposeurs couramment présents dans les sols, du genre Fusarium mais ayant dans ces cas un développement parasitaire.
Le développement de la fusariose dans les cultures varie beaucoup selon les espèces et variétés considérées et selon la météo au moment de l'épiaison et début de floraison (par temps sec, elle n'apparait pas sur les céréales à paille mais peut apparaitre sur le maïs, par exemple). En général, elle n'apparait pas dans les silos ou lieux de stockage, du fait de la trop faible humidité des céréales; cependant, les toxines produites avant le stockage sont conservées.

Symptômes

Chez les céréales ;
  • après la floraison les épillets sont précocement échaudés
  • puis les grains malades prennent un aspect rugueux et galeux, et une couleur brun clair, rose ou blanc-gris.
Chez d'autres plantes ; Les Fusarium oxysporum sont responsables de flétrissements vasculaires dus à l'envahissement des vaisseaux du xylème par le pathogène. Chez la pomme de terre des Fusarium provoquent des pourritures sèches.

Propagation


Les fusarioses persistent l'hiver dans le sol ou dans les grains infectés, les paillettes ou restes de récoltes au sol. Une forte humidité et un temps chaud favorisent la maturation  sur les résidus de culture de l'année antérieure (notamment si elle était déjà contaminée) . Le vent dissémine alors les spores. Ceux qui germeront sur la floraison (si l'hygrométrie est proche de 100 % durant deux à trois jours, avec germination la meilleure à 20 - 25 °C) coloniseront alors les fleurs, puis les glumes et les épis.
Incubation des spores : 3 à 5 jours (selon les conditions extérieures)

Traitement

Une approche préventive en amont, c'est-à-dire aux champs, consiste à entretenir une rotation des cultures, des sols équilibrés et à planter des végétaux génétiquement diversifiés, et adaptées au sol et aux microclimats locaux. Ne pas replanter deux années de suite la même espèce sur un site touché, ou y développer une jachère et ne pas irriguer ni arroser au moment de la floraison, utiliser des outils de semis et de récolte
désinfectés et récolter en période la plus sèche possible semblent être des moyens de limiter les risques.
Si une culture a été contaminée, une bonne gestion des résidus est recommandée (ex: broyage fin et enfouissement partiel (déchaumage, ...) pour accélérer leur biodégradation). Un sol riche en biodiversité est réputé moins favorable aux attaques fongiques de ce type.
Des pesticides (fongicides) existent, prescrits par leurs fabricants au moment de la floraison (pour les céréales, afin de protéger le futur épi)

  source : fr.wikipedia.org/