- Les nématodes

Les nématodes








 Les nématodes phytoparasites sont des vers ronds allongés en fuseau ; cependant chez certaines espèces le corps de la femelle adulte peut se renfler et devenir plus ou moins globuleux. .


Ils vivent dans la couche arable du sol et sont de taille microscopique mesurant entre 0,3 et 5 mm de longueur et seulement 30 à 50 millièmes de millimètre de diamètre; un examen du sol à l'œil nu ne permet donc pas de les voir. Pour les observer il faut, après les avoir extraits du sol, une loupe binoculaire ou un microscope.

Ils sont très nombreux. Les sols cultivés peuvent en renfermer plusieurs mil-lions par m2 Il en existe des centaines d'espèces;certaines sont typiques des régions tropicales, d'autres plus abondantes dans les zones tempérées.

Pratiquement toutes les plantes, cultivées ou spontanées, sont parasitées par une ou plusieurs espèces de nèmatodes. Certains provoquent des dommages importants aux cultures; ceci,en particulier dans les pays tropicaux ourégne permanence un température favorables a leur multiplication










 Description, biologie, cycle de vie dans le sol

Les nématodes constituent le groupe animal le plus nombreux et le plus répandu dans le sol. Ils sont dépourvus de membres et de squelette et ont la forme d’un fuseau. Il est impossible de les reconnaître sans loupe. Leurs larves peuvent rester vivantes pendant des dizaines d’années sous forme de kystes. La densité des nématodes dans le sol ou dans les plantes peut devenir très grande notamment lorsque l’humidité est suffisante. La plupart des nématodes parasites ne dépassent pas 1 mm de longueur et sont incolores. Il piquent les tissus des plantes avec un dard buccal et se nourrissent de la sève. Leurs glandes salivaires excrètent des substances qui peuvent produire des modifications dans les tissus. Les nématodes pondent leurs œufs dans le sol ou sur des plantes. Si les conditions sont défavorables, ils peuvent demeurer dans le sol pendant des dizaines d’années. En dehors des nématodes nuisibles, d’autres espèces peuvent,elles, être utilisées pour la régulation de nuisibles.

Description : La majorité des nématodes mesurent entre 400 nanomètres et 5 mm. Ils possèdent une symétrie bilatérale. Le corps est non segmenté et recouverts d’une épaisse cuticule (peau protectrice). La cuticule est formée de collagène. Elle est à la fois rigide, épaisse, élastique et imperméable faisant fonction d’exosquelette mais elle est percée de

pores afin de permettre les transferts gazeux. Les nématodes ont généralement un tube digestif complet. Il s’ouvre à l’extrémité antérieure du corps et s’étend en droite ligne jusqu’à l’ouverture anale, située à la face ventral e près de l’extrémité postérieure. Le pourtour de la bouche et la partie antérieur du tube digestif peut présenter des armatures différentes ; l’œsophage est un tube chitineux entouré d’un puissant appareil musculaire propre. Il présente souvent un ou deux renflements et fonctionne par succion. Le tube digestif  proprement dit, circularisé à ses surfaces internes et externes, est formé d’une seule couche celluleuse. Il est dépourvu de muscle sauf dans sa portion terminale. L’appareil excréteur  est représenté chez les nématodes par un vaisseau à paroi propre, situé de chaque coté du corps dans les champs latéraux : les deux vaisseaux se réunissent en avant par une anastomose (connexion) qui émet un canal dirigé en avant vers la ligne médiane ventrale, où il s’ouvre en dehors .



Le système nerveux central est essentiellement représenté par un collier oesophagien qui émet en avant 6 branches nerveuses pour les organes péribuccaux et en arrière, deux nerfs qui suivent les lignes dorsales et ventrales jusqu’à l’extrémité du corps, où ils émettent des branches destinées aux organes situés au voisinage de l’anus . Les organes génitaux dans les deux sexes sont constitués par un tube allongé dont le fond fonctionne comme glande sexuelle, tandis que le reste forme un canal vecteur et un réservoir.



Tout les nématodes parasites de plantes possèdent un stylet creux protrusible. Le stylet sert à percer et traverser les parois cellulaires durant la prise de nourriture ou durant leurs mouvements dans les tissus de la plante.


Les nématodes possèdent des sexes séparés, cependant quelques nématodes sont hermaphrodites et d’autres présentes de l’hétérogénie (les deux à la fois).


Les nématodes se déplacent en ondulant grâce à leurs muscles longitudinaux.
http://images.slideplayer.fr/3/1321708/slides/slide_77.jpg

Biologie générale:

Les nématodes sont des vers ronds. Les nématodes peuvent être parasites de plantes ou d'animaux, mais la plupart sont libres et représentent une composante importante de la microfaune du sol.

La plupart des nématodes parasites de plantes ont un diamètre comparable à celui d'un cheveu humain et ils sont seulement visibles à l’œil nu lorsqu'ils sont en suspension dans l'eau après leur extraction du sol ou des tissus de plantes.

La taille d'une femelle adulte du nématode cécidogène peut être comparée à celle d'une tête d'épingle.

Les nématodes sont recouverts d'une cuticule.

Les anneaux et autres ornementations de la cuticule varient suivant les types de nématodes; certains sont visibles au microscope.
Les nématodes muent en abandonnant leur cuticule après chaque stade de développement.
Tous les nématodes parasites de plantes possèdent un stylet creux protrusible. Le stylet sert à percer et traverser les parois cellulaires durant la prise de nourriture ou durant leurs mouvements dans les tissus de la plante.


Le stylet des nématodes parasites de plantes peut être sorti en avant.

Les nématodes ont des organes sensoriels, dont des chémorécepteurs, qui les aident à trouver les plantes hôtes. Certains des organes sen soriels antérieurs sont appelés amphides. 
Ceux-ci sont des amphides en forme de fente.
Les phasmides sont des organes sensoriels postérieurs. La forme de la queue des nématodes est un caractère d'identification important.
Les nématodes femelles pondent des œufs. Les œufs sont visibles dans le tissu de la racine.
La première mue se produit alors que le nématode est encore à l'intérieur de l’œuf. Ceci est un juvénile de deuxième stade encore dans l’œuf. Le juvénile de deuxième stade de ce nématode infecte la plante hôte. Les nématodes passent par quatre stades juvéniles avant de devenir adultes. La cuticule, incluant la partie antérieure du stylet, est abandonnée à chaque mue.
Un nématode mâle adulte encore enveloppé dans la cuticule du quatrième stade juvénile. La reproduction des nématodes peut être sexuée, hermaphrodite (un individu possédant des organes de reproduction à la fois mâle et femelle), ou parthénogénétique (n'exigeant pas de mâles). La vulve peut être située près de extrémité postérieure du corps, ou plus près du milieu. Ceci est un caractère d'identification important.
Les nématodes mâles sont absents chez certaines espèces. Ils peuvent être rares chez d'autres espèces, ou n'apparaître que dans des conditions de stress. Les nématodes mâles ont une paire de spicules copulatrices qui peuvent saillir du corps.


Les nématodes mâles peuvent avoir une bourse, sorte de rabat de la cuticule, située sur la queue.

Les spermatozoïdes des nématodes sont amiboïdes.




http://www.supagro.fr/ress-pepites/carabes/res/CyclevieNematode.jpg




Les nématodes ont une reproduction sexuée, on compte jusqu’à 4 stades larvaires. Le cycle biologique dure quelques semaines. Les cycles évolutifs de tous les nématodes sont semblables. Partant de l'œuf, ils passent par une série de stages larvaires et de mues avant d'atteindre l'état adulte avec une longueur moyenne de 0,4 à 0,8 mm. Certaines espèces passent la totalité de leur vie a l'intérieur des plantes alors que d'autres se nourrissent après avoir percé la surface des racines. Les nématodes s'alimentent a l'aide d'un stylet avec lequel ils percent les cellules et en sucent le contenu.



Les générations de nématodes se succèdent toute l’année si ceux-ci se trouvent en milieu favorable. Les adultes et les larves vivent ensemble au sol. Certaines femelles peuvent parasiter des insectes et épandre des larves dans leurs tubes digestifs.



Pour leur propagation, les nématodes utilisent les machines agricoles, les insectes, le matériel végétal (boutures, bulbes contaminés…), le vent, l’eau d’irrigation.















Les plantes parasitées

Les symptômes provoqués par l'activité des nématodes sont semblables dans de nombreuses cultures. En pratique, on peut diviser les dégâts des nématodes en deux catégories : les lésions sur les organes aériens des plantes et les attaques sur les systèmes racinaires.
Symptômes occasionnés sur les organes aériens

Les symptômes se traduisent par un jaunissement des feuilles et de la tige, une croissance en hauteur altérée, un gonflement et un rabougrissement des tissus de la base de la tige, un écartement des écailles. Le feuillage montre également un flétrissement et



des brûlures à certains endroits. La base du limbe des feuilles devient translucides, les pétioles brunissent et se ramollissent. Les vieilles feuilles infectées brûlent entièrement et restent attachées à la tige. La portion des tiges où s’attachent ces feuilles infectées ne montre plus un épiderme vert, tendre et turgescent comme les tiges. Au contraire les sections de tige infectées sont plutôt brunes et sèches, presque chancreuses. Les pédicelles floraux montent aussi ces symptômes.

Symptômes occasionnés sur les systèmes racinaires   

 -Flétrissement -Nanisme 
 -Formation de galle sur les racines 



 -Jaunissement 
 -Déficience nutritive



 -Écartement des bulbes qui deviennent mous



Les nématodes qui s'attaquent aux radicelles provoquent une dégradation générale de la croissance des racines et un affaiblissent des plants. Les blessures causées par l'activité trophique de ces parasites permettent également l'infiltration de champignons de pourriture racinaire. Certains nématodes, peuvent transmettre des maladies virales. Les fonctions radiculaires sont diminuées, ce qui entraîne une faible croissance, une production moindre, des symptômes de carence et l'atrophie du système racinaire souvent attaqué par la pourriture.



Pour évaluer une attaque de nématodes, on peut observer les symptômes à l’œil nu (système racinaire rabougri, galles, kystes), utiliser un microscope, ou extraire des nématodes pour réaliser un comptage sur le sol ou sur les plantes.

Symptômes et signes  :

La plupart des nématodes sont des agents pathogène suivant dans le sol et infectant les parties souterraines des plantes. Aussi, les symptômes sur les parties aériennes sont-ils similaires à ceux produits par d'autres maladies des racines, telles les flétrissements, rabougrissements, et les carences nutritionnelles. Les zones atteintes forment généralement des taches ovales ou circulaires.

Les relations parasitaires avec les plantes hôtes varient considérablement suivant le nématode. Certains pénètrent dans les tissus de la plante (endoparasites). Les nématodes cécidogènes Meloidogyne () sont ainsi appelés à cause des galles qu'ils induisent sur les racines des plantes qu'ils infectent. Comme ils s'alimentent à la même place, on parle d'endoparasites sédentaires. Les espèces de Meloidogyne ont une gamme étendue de plantes hôtes, correspondant à environ 2,000 espèce s végétales.



Les jeunes femelles du nématode cécidogène perdent leur aspect vermiforme et deviennent renflées. Les juvéniles de deuxième stade induisent le développement de cellules géantes multi nucléées pour servir de site nutritionnel. Les femelles des nématodes à kyste (Heterodera, Globodera) deviennent également renflées. Des sites nutritionnels permanents appelés syncitia, sont induits par les nématodes dès la première prise de nourriture, mais sans formation de galles. Les nématodes à kyste sont, comme les


nématodes cécidogènes, des endoparasites sédentaires; cependant, lorsque les femelles grossissent, elles peuvent faire saillie à l'extérieur de la racine. Les nématodes à kyste, à l'opposé des nématodes cécidogènes, ont des gammes d'hôtes restreintes.

Les femelles des nématodes à kyste conservent la plupart de leurs œufs à l'intérieur de leur corps. Lorsque la femelle meurt, sa cuticule devient un kyste, structure résistante protégeant les œufs de la dessiccation.

Les nématodes des lésions Pratylenchus() sont classés parmi les endoparasites migrateurs car, pour s'alimenter ils se déplacent dans les tissus racinaires des plantes. Les cellules des plantes sont détruites durant la migration des nématodes, provoquant des lésions nécrotiques.

D'autres nématodes s'alimentant à la surface des organes végétaux sont considérés comme des ectoparasites. Certains d'entre eux sont migrateurs et ne causent pas toujours de symptômes visibles .
D'autres nématodes ectoparasites sont sédentaires te peuvent induire des altérations considérables et modifier la croissance des racine set la formation des racines latérales. Le nématode Belonolaimus longicaudatus se nourrit à l'extrémité des racines et en détruit le méristème.
Certains nématodes parasites infectent les organes aériens des plantes. Le nématode agent de la "nielle" (Anguina) nage dans un film d'eau dans les inflorescences de graminées en développement. Les grains de blé noirâtres contiennent des milliers de nématodes.

Certaines plantes, telles les chrysanthèmes, sont sensibles aux nématodes des feuilles (Aphelenchoides). Ces nématodes se déplacent du sol jusqu'aux feuilles dans un film d'eau. Les nécroses se développent pendant que les nématodes s'alimentent. Les feuilles inférieures sont infectées les premières, le nématode des feuilles migrant depuis le sol, en demeurant à l'extérieur de la plante.
Quelques nématodes sont transportés d'arbre en arbre par des insectes. La maladie de l'anneau rouge du cocotier est causée par le nématode Rhadinaphelenchus cocophilus, qui est transporté d'un cocotier à l'autre par les charançons des palmiers.

Le coléoptère cérambycide infecte les pins et cause la maladie du dessèchement des pins.


Stratégie et lutte contre les nématodes

lutte prophylactique

Le procédé dont dispose l’agriculteur pour réduire l’importance des dommages et le respect de certaines pratiques :



Un labour pendant la saison sèche détruit les nématodes



Un assolement qui éloigne au maximum le retour des nématodes sur des cultures sensibles

Le choix des dates de mise en culture permettant un développement des végétaux décalé par rapport au cycle du parasité.

Utiliser des semences et des plans sains
Utiliser des variétés résistantes



Éviter d’arroser le feuillage car ceci favorise leur dispersion Traiter des bulbes et les plans contaminés

Pratiquer des couverts végétaux entre les saisons



Retirer les débris de plantes contaminés et ne pas les utiliser pour le compost

La lutte chimique est efficace mais sont coût reste élevé avec un fort impact écologique. Une désinfection du sol peut être appliquée en profondeur. Ce mode de traitement est onéreux, contraignant, utilisée pour les cultures sous abris. Les produits utilisés peuvent être sous forme liquide ou gazeuse ou des nématicides utilisables avant la mise en culture. Avant de réaliser une désinfection du sol,il est nécessaire de réaliser une analyse nématologique.

En agriculture biologique on préconise l’emploi du savon noir en pulvérisation sur le feuillage, l’incorporation d’argile en poudre dans le sol. Les agriculteurs peuvent aussi semer du tagète sous les plantes ou en bordure de champs. En effet les excrétions racinaires des tagètes entrainent la mort des larves qui ne peuvent pas se nourrir de tagètes et le ralentissement du développement des adultes.




Moyen de lutte :

La fumigation du sol et les nématicides font partie des moyens de lutte contre les nématodes, bien que l'homologation de nombreux pesticides ait été récemment annulée, et que la plupart des autres produits soient en réexamen par l'EPA. La fumigation est normalement réalisée avant plantation car nombre de fumigants sont phytotoxiques.

La plupart des nématicides sont formulés en granulés à cause de leur toxicité. Ceci est un applicateur de granulés nématicides. Ces nématicides peuvent être répandus au moment du semis ou pendant la croissance des plantes.

Les plants de fève soja vert sombre sont résistants aux nématodes à kyste de la fève soja. La résistance génétique est un moyen performant de lutte, surtout envers les nématodes sédentaires induisant des sites nutritionnels spécialisés. Les cultivars résistants doivent être utilisés avec précaution pour empêcher ou ralentir la sélection de biotypes nouveaux du nématode capables d'infecter les plantes résistantes.



La rotation des cultures représente une stratégie importante de lutte contre les nématodes lorsque des cultures non-hôtes sont disponibles.



L'inondation des terres a quelquefois été utilisée pour réduire les populations de nématodes par l'abaissement temporaire de la tension d'oxygène dans le sol.

La lutte biologique est encore au stade expérimental bien que beaucoup d'ennemis naturels des nématodes soient connus.Spores de Pasteuria penetrans attachées à un nématode : Cette bactérie représente un agent potentiel de lutte biologique
Ce tardigrade est un prédateur, ennemi naturel descnématodes.



Arthrobotrys unchonin est un champignon qui capture les nématodes grâce à ses anneaux constricteurs.






                                                                                                   reference : echangetv.levalentin.free.fr
                                                                                                                                                          fr.wikipedia.org