Faire un marcottage en cépée



Le marcottage classique par couchage n'est pas toujours possible. Certains végétaux, aux branches trop rigides par exemple, ne s'y prêtent pas. Le marcottage en cépée est alors une alternative simple pour multiplier vos plants. Il permet d'obtenir de nombreux nouveaux plants à partir du pied mère.
Voici les étapes pour faire un marcottage en cépée.

Les planter à marcotter en cépée : figuier, noisetier, pommier

Le marcottage en cépée s'applique particulièrement aux arbres, arbustes et buissons qui ont tendance à repartir du pied : bruyères, groseilliers et autres buissons à tiges courtes, mais aussi figuiers, noisetiers, cognassiers, pruniers, pommiers, etc.
Note : cette technique est souvent utilisée par les professionnels sur des portes-greffes de pommiers où elle permet de reproduire en une seule fois une quantité importante de scions prêts à greffer.

1 Rabattez la plante pour faire apparaître des rejets

Rabattez la plante pour faire apparaître des rejets

Au printemps, à l'aide d'un sécateur ou d'un coupe-branches, rabattez les branches à une vingtaine de centimètre du sol.
Des rejets vont progressivement apparaître en nombre à partir de la base du pied.

2 Buttez les nouveaux rejets

Buttez les nouveaux rejets

Avec une pelle, buttez le ou les rejets avec un mélange tourbe et sable qui favorisera le développement de racines.

3 Séparez les rejets

Séparez les rejets

Au printemps de l'année suivante, retirez délicatement la terre et vérifiez si l'enracinement est suffisant. En effet, certains végétaux d'extérieur peuvent demander plusieurs années avant d'avoir un chevelu suffisant pour nourrir le nouveau plant.
Conseil : pour certaines espèces comme le poirier, il vous faudra attendre un peu plus longtemps.
  • Dans le cas d'un développement racinaire peu important, reformez la butte et patientez de nouveau !
  • Sinon, prélevez au sécateur les nouveaux jets émis avec leurs racines.
Il ne vous reste plus qu'à les repiquer.

référence : comprendrechoisir.com