Performance de Reproduction Des Caprins

1.Saison sexuelle:


  1.1) Chez la femelle :


Les caprins ont une activité sexuelle saisonnière. La saison de reproduction correspond à la période des jours décroissants; les chèvres viennent naturellement en chaleurs d’août à décembre. Les mises-bas ont généralement lieu de janvier à avril, mais la plupart des chevrotages sont répartis sur les mois de janvier et février.
La chèvre du Draâ, à l’instar de la race ovine D’man, présente une cyclicité étendue sur toute l’année avec une légère baisse en mois de février.

   1.2) Chez le mâle :


Bouc ATLAS

Le bouc est capable de produire des spermatozoïdes pendant toute l’année. Cependant, des modifications saisonnières de l’activité spermato génétique ont été observées. En effet, le volume de l’éjaculat est plus important de septembre à février avec une concentration élevée en spermatozoïdes et une motilité importante avec augmentation de la fertilité.
Le comportement sexuel du mâle dépend aussi de l’activité sexuelle de la femelle à travers des stimuli olfactifs résultant de l’œstrus et des stimulations visuelles.

2.Puberté:


   2.1) Puberté chez la femelle :


Elle dépend de la période de naissance de l’animal, du niveau alimentaire et de la cohabitation des boucs avec les chèvres d’une façon permanente ou temporaire. Elle est généralement atteinte à l’âge de 6 à 7 mois.
En ce qui concerne les chèvres présentant une cyclicité pendant toute l’année, la chèvre de Draâ peut atteindre la puberté à un âge précoce et se reproduire à l’âge de 5 mois. Tandis que l’âge à la puberté de la chèvre du nord est de 12 mois dans la région de Chefchaouen. Une sous alimentation de ces chèvres, peut provoquer un retard de la puberté.

   2.2) Puberté chez le mâle :


Chez le mâle, la puberté est atteinte généralement entre 30 et 40% du poids adulte, mais le pouvoir de se reproduire ou la puberté comportementale n’est atteinte qu’en 40 à 50% du poids adulte. Le jeune bouc peut être utilisé pour la lutte à l’âge de 6 à 7 mois, mais à condition de ne lui confier que de léger service pour qu’il puisse se développer normalement.

3.Durée de l’œstrus et du cycle œstrale:


La durée du cycle sexuel est de 21 jours en moyenne. La durée des chaleurs est de 32 à 36 heures.
La venue en chaleurs se manifeste par les signes suivants : nervosité, chevauchement des autres chèvres, bêlements fréquents, la chèvre agite la queue, la vulve est congestionnée et laisse écouler du mucus, il y a momentanément perte d’appétit et baisse de la production laitière.

4.Sexe ratio:


En général, le sexe ratio varie selon la race et le système d’élevage. En cas de monte libre, il faut prévoir des lots de 20 à 30 chèvres par bouc. Le sexe ratio dépend également de l’âge du bouc. En effet, le sexe ratio doit être diminué de moitié pour les jeunes mâles de l’année puisqu’ils ne disposent pas d’assez de sperme.

5.Age à la première mise bas:


L’âge au premier chevrotage est en moyenne de 12 mois, puisque les premières chaleurs apparaissent à l’âge de 5 à 7 mois.

6.Intervalles entre chevrotages:


Théoriquement après chaque mise-bas on a un anoestrus de lactation caractérisé par l’absence d’ovulation 25 jours environ après la mise bas. La fécondation ne serait donc possible qu’après 2 mois à partir du chevrotage, donc une durée de 7 mois environ entre mise-bas sachant que la durée moyenne de gestation est de 150 jours. Cependant, d’autres valeurs de l’intervalle entre mises bas sont notées dans le Haut et l’Anti-Atlas, respectivement de 8-12 mois et 10 mois.
Pour les chèvres D’man, la plupart a un intervalle de 6 à 7 mois donnant lieu à des possibilités de 2 chevrotages par an.

7.Paramètre de reproduction:


   7.1) Taux de prolificité :


La prolificité dépend particulièrement du taux d’ovulation, de la race, de l’âge de la chèvre, de la période de lutte de l’environnement et de l’alimentation. D’après le tableau ci-dessous, la chèvre Alpine est la plus prolifique avec un taux de prolificité de 160%, suivie de la chèvre du Draâ un taux de prolificité variant de 140 à 160%

Tableau 1: Taux de prolificité selon le génotype et la région au Maroc
 Tableau 1: Taux de prolificité selon le génotype et la région au Maroc

   7.2) Taux de fertilité :


Selon le tableau ci-dessous, le taux de fertilité au niveau de la population locale varie selon les régions. En effet, il est de 65% à Ouazzane et de 98% à Chefchaouen. En plus pour la même population locale et la même région Ouazzane, il a varié de 65% à 98% selon les auteurs. La population croisée du Nord a présenté un taux de fertilité de 95,24%.
Tableau 2 : Taux de fertilité selon le génotype et la région au Maroc
Tableau 2 : Taux de fertilité selon le génotype et la région au Maroc

   7.3) Taux de fécondité :


La fécondité renseigne sur l’aptitude d’une femelle à produire des gamètes viables. La fécondité est influencée par le mode de conduite de la reproduction du troupeau et le type génétique.

tableau 3
Tableau 3 : Taux de fécondité selon le génotype et la région au Maroc


 
 
source : agroforever.com