- Les oligo-éléments (Le cuivre (Cu))

Les oligo-éléments (Le cuivre (Cu))



On le retrouve à raison de ± 10ppm de la composition minérale des végétaux. Les racines en sont plus riches que les parties feuillées.

Les différentes sources de cuivre


Formes minérales : chalchopyrite, CuFeS2, carbonates et phosphates.

Selon les sols, la teneur en Cu est très variable (de 3 à 100ppm) dont une petite partie est assimilable (0,5 à 0,7ppm). Le Cu est fortement immobilisé par la matière organique. La matière organique basique est facilement minéralisable, le Cu sera donc présent en quantité suffisante pour la plante tandis que l’humus acide fixe fortement le Cu.

Les chélates de Cu sont moins fixés par le sol que le sulfate de Cu (CuSO4) et sont absorbés en doses plus élevées jusqu’à devenir toxique.
L’administration du cuivre et son assimilation

Souvent apporté sous forme de CuSO4 (bouillie bordelaise) ou d’oxychlorure (Cu2Cl2). Apport de compost urbain contenant suffisamment de Cu, ou de scories cupriques (contenant également du Co).

Les rôles physiologiques et agronomiques du cuivre


- C’est un élément essentiel de certains enzymes et il joue un rôle dans la respiration.

- Le cuivre s’associe à certaines protéines à caractère de ferments telles que l’uréase, l’oxydase de l’acide ascorbique qui oxydent la matière organique.

- Au niveau de la respiration, le Cu intervient dans le stade ou l’hydrogène est libéré dans le cycle de Krebs pour produire de l’eau en final.

- Oxydant du fer dans la plante rendant le fer inassimilable.

- Rôle indéniable dans la protection préventive des maladies cryptogamiques.

- Participe à la synthèse des lignines.

- Rôle important au moment de la floraison notamment sur l’initiation florale.

- Participe à la fixation de l’azote.

Les carences en cuivre


Les carences en cuivre sont en général assez rares.

- Provoque l’accumulation du fer assimilable dans la plante.

- Dans un premier temps, le feuillage prend une teinte vert bleuté.

- Ensuite, s’installe une chlorose par plage sur les jeunes feuilles en premier lieu. Ceci est dû à la destruction de la membrane des chloroplastes. Le Cuivre présent en suffisante est mobile dans la plante mais devient peu mobile lors d’une défficience.

- Malformation du limbe, enroulement et gauffrage.

- Perte de la rigidité des tissus par le manque de lignine.

- Diminution de l’initiation florale - Induction d’une stérilité mâle chez certaines plantes.

Les conditions d’apparition : opposées à celle du Fe et du Mn, elle se manifeste en sol acide et à humus réducteur. La carence apparaît également en sol mal aéré, mal drainé, en sol sableux au cours des années sèches.

Un surdosage en P peut accentuer la carence en Cu.



Les excès de cuivre


Diminue le Fe assimilable et augmente la réaction d’oxydation bactérienne du Mn provoquant une carence en Fe et Mn.

L’excès de cuivre diminue la photosynthèse ; les symptômes ressemblent à ceux d’une carence ferrique.